Critique de bande dessinée – Star Trek: cinquième année: spécial Saint Valentin

[ad_1]

Villordsutch présente Star Trek: cinquième année: spécial Saint Valentin…

L’idée de réunir la Saint-Valentin et Star Trek peut, comme moi, vous combler instantanément d’une terreur écœurante. Quand Star Trek: cinquième année: spécial Saint-Valentin a été jeté dans ma boîte aux lettres virtuelle, avec un cœur amoureux dans le coin supérieur gauche de la couverture et Kirk et un nouvel amour trouvé – enveloppé dans ses bras – j’ai instantanément pensé: « Eh bien … ce n’est pas pour moi! ». Cependant, arrivez à la fin de cette publication IDW Star Trek une expression très connue était assise quelque part avec un sourire suffisant sur son visage.

Le capitaine Kirk déplorant son aversion pour le congé à terre sur une chaise vide, occupée auparavant par un Dr McCoy malade et ennuyé, il est bientôt rejoint par Laura Horne, un autre capitaine de Starfleet. Leur romance a démarré en trombe avec l’enlèvement d’un enseigne et nous suivons leurs réunions sporadiques (défense des convois spatiaux, lutte contre les Romuliens, etc.) alors que leur romance fleurit.

Finalement, le mariage est proposé et avec une réponse non donnée instantanément (il faut plus d’un mois jusqu’à ce que l’autre approche même avec une réponse), leur relation devient rapidement aigre, conduisant aux deux voies de séparation avec un cœur brisé via un transporteur. Ce qu’ils ne savent pas, c’est à l’approche d’un événement de cataclysme, ce qui laissera la question sans réponse plutôt douloureuse pour les deux.

Comme je l’ai dit à l’ouverture de cette revue, je n’attendais vraiment pas grand-chose d’un spécial de la Saint-Valentin. En fait, je ne m’attendais à rien de plus que «Fluff! L’amour! Plus de peluches! Star Trek! Spock! L’amour des trucs! Duvet! ». Au lieu de cela, Paul Cornell (Doctor Who, Fantastic Four) a sincèrement livré quelque chose de plutôt intéressant pour la Saint-Valentin, une histoire d’amour qui n’est pas enrobée de saccharine. Nous savons tous que Kirk est un peu « Ladies Man », mais quand ça tourne mal pour Kirk – pensez Edith Keeler – vous ne pouvez pas vous empêcher de ressentir pour le capitaine et ici Paul Cornell a puisé dans cette veine de chagrin et a frappé l’or.

Ce qui a également bien fonctionné, c’est l’utilisation d’autres personnages de Star Trek tout au long de ce numéro. De Spock et McCoy donnant des conseils amoureux, cela seul est quelque peu amusant (vous devez le lire pour voir pourquoi). Uhura étant le premier à avoir entendu parler de la promotion du capitaine auprès de l’amiral et de Kirk pour demander des conseils en matière de mariage à un amour passé, étant le Dr Carol Marcus, Paul Cornell sait certainement comment faire avancer l’histoire randonnée univers.

Il faut également dire que l’excellent art et les couleurs de Christopher Jones et Charlie Kirchoff sont tout simplement parfaits pour cette spéciale. Il a – mais s’il vous plaît ne prenez pas cela comme une insulte – un léger aperçu de Star Trek: Série animée. La grande palette audacieuse avec les personnages, les navires et les emplacements bien définis fait vraiment ressortir ce problème. La combinaison de Cornell, Jones et Kirchoff est clairement parfaite pour l’avenir Star Trek Si comme moi, vous n’êtes pas un grand amoureux de la Saint-Valentin et envisagez de ne pas le faire. Ce n’est certainement pas tout « Fluff’n’Stuff » – en fait, c’est un conte de capitaine perdu à la fois par l’amour et par Starfleet.

Évaluation: 8/10

@Villordsutch

[ad_2]